machine quotidienne

Icon

The Casio CZ is a huge highlight of Arturia’s V Collection 7

Arturia’s V Collection 7 continues to expand as the go-to software library of every vintage synth you would ever want. But let’s focus on one new gem: the brilliant CZ-101 remake.

First off, V Collection 7 is worth a look. Arturia keep making their mega-bundle software instrument bundle better. That means both reworking the modeling inside these tools, and adding new features, as well as – of course – continuing to expand the library of available instruments. As modeling has improved, these instruments have gotten more and more like the originals in sound and not just in function and look. At the same time, Arturia keeps beefing up those originals with new features – so the authentic sound engines get new sound design features atop them.

The EMS Synthi V makes an appearance in the new V Collection, too – if your tastes go more 70s than 80s. And it’s a big deal.

Version 7 continues to balance the desires of the casual keyboardist and the obsessive synth sound designer – and everything in between. So if you just want to add a convincing Mellotron or B-3, you’re covered – with an all-new Mellotron and a total ground-up sound engine overhaul for the B-3 V2. Jimmy Smith Strawberry Fields Forever, check and mate.

If the idea of a whole bunch of unfamiliar keyboards and control layouts is unappealing, V Collection 7 also includes the new Analog Lab 4, which consolidates all these things into easy presets and macro controls, and hundreds of new presets in their “Synthopedia.” That way if you do want to look up the way a familiar sound was produced – then tweak it yourself – you can.

Of course, if you read CDM, your favorite preset may be “default template,” and the idea of getting lost for hours in a vintage synth control layout may be the whole selling point. For that crowd, the V Collection 7 adds the EMI Synthi V and the CZ-101 from Casio, circa 1985.

Photo (CC-BY-SA) Neil Vance, via WikiCommons.

The ability to just dial up a menu and say, “do I want an Oberheim SEM or a CS-80” is already pretty crazy, and the number of choices continues to grow. So my approach to V Collection is actually to ignore all those presets – apologies, dear sound designer friends – and try to focus on one instrument. It’s a bit like what you do in a packed studio – you pull out one piece of gear, and say, hey, tonight is going to be about me and this instrument and very little else.

I want to talk about the CZ-101 because it’s long been one of my favorite instruments, and it’s a fairly unsung one. The CZ is somehow too easy, too friendly, too compact, too inexpensive to have the kind of adoration of some of the other 80s and 70s throwbacks. It’s not a collectors’ item. You can still find them at flea makrets. So yeah, Arturia are quick to drop names who have used it, like Salt-N-Pepa and Vince Clarke. But to me the whole appeal of the CZ-101 is that it’s for people who love synths, not people trying to emulate their heroes.

Of course, you could for these reasons go get an actual CZ-101. That means Arturia has to sweeten the deal a bit so the software can compete. They did just that. Let’s dive in.

CZ V reproduces the simple hardware interface (at bottom) but also expands to this view with lots of additional visual feedback and features, at top.

Phase Distortion lovers, rejoice

The original CZ-101 is about two things: a simple front panel layout, and phase distortion. If you just want to drop the CZ into a session as-is, CZ V does that.

Phase distortion synthesis isn’t so much a different synthesis method as it is a compelling way of mucking about with two digital oscillators. It’s easy enough to dismiss PD as Casio’s cheaper, non-patented answer to Yamaha’s DX7 and frequency modulation (FM). But now as we grow more accustomed to digital, non-harmonic timbres, PD is better appreciated on its own terms – as a way of producing unique digital color.

In short, what phase distortion does for you is to add rich harmonic content to sound. It can be a distortion. It can sound something like a resonant filter – in its own way. And because it’s normally using synced oscillators – here’s the important bit – it’s way easier to control than FM generally is.

On the Casio, this allows some unique filtering and sound shaping and distortion sounds that can easily be controlled by macros. And on the Arturia remake, graphical access to envelopes and expanded power means that you can use that shaping creatively.

The CZ V kind of goes a bit nuts versus what an original CZ-101 would give you. Let’s compare 1985 and 2019.

Arturia’s effects mean you don’t have to listen to the CZ dry.

The modulation matrix makes this feel as much modern soft synth as 1980s hardware.

The original oscillators are there – sine, saw, square, pulse, resonance, double-sine, saw-pulse – as are the 8-stage envelope generators and vibrato and LFOs. You can even import SysEx from the original. But being able to program these features on a display makes sound design accessible.

In addition to making hidden CZ features more visible, Arturia have expanded what’s possible:

  • 32-voice polyphony (the original had just 8).
  • A modulation matrix – no, really.
  • More modulation: a Sample and Hold module, 2 LFOs with 6 waveforms, 3 sources combinators and an Arpeggiator
  • New effects – while an authentic approach to the CZ might leave it dry, now you get all the Arturia multi-effects (adding things like chorus and reverb sound especially nice, for instance)

There’s visual feedback for everything, too.

Where the CZ fits in

In some ways, the CZ-101 is weirdly going from dated 80s thrift store find to … ahead of its time? After all, we’re seeing modular makers embrace these kinds of digital oscillator effects, and phase and phase distortion even inspired the upcoming sequel to Native Instruments’ Massive, the new Massive X.

Envelope editing is powerful – and includes animated visual feedback.

The CZ architecture is uniquely suited to making a lot of different sounds – including percussion and modulating timbres and edgy digital business – with a minimum of resources. So there’s a noise source built-in. You can modulate with the noise source. There’s ring modulation.

Using the CZ, DADSR, and multi-segment envelopes, you can them sculpt those percussive and metallic timbres over time – including using the DCW (Digitally Controlled Waveform) envelope that morphs between a sine wave and distorted wave.

The reason I’m using the CZ V to talk about the new V Collection edition, though, is that it’s an instrument where it feels like Arturia’s authentic side matches up with the “vintage on steroids” additions. So, by the time you have something like the new Synthi, you’re already presented with tons of sound design possibilities. Arturia has added some amazing ideas there – a step sequencer, a beat-synced LFO, plus onboard effects, atop all the new graphical options for working with envelopes and modulation.

The thing is, on a Synthi, that starts to feel like too much. I almost was tempted with the Synthi to force myself not to expand the tab full of new stuff. If I want an open-ended sound environment on a computer, I can use Reaktor, not try to recreate a 1970s take on the idea.

On the Arturia edition of the Casio, though, all these additions help the CZ graduate from fun toy to serious sound design tool. The visual envelopes make more sense. Effects are something most CZ owners invested in anyway. And more polyphony means you can run one instance and do a lot with it. Heck, even the matrix is easier to follow than on the original EMS Synthi because the architecture of the CZ-101 is so straightforward. In other words, because the original did less, it’s both a good match for software remake and for some thoughtful additions – which Arturia delivers.

Check these templates for an easy way to get started making your own sounds.

Here’s a little sketch I made with this. This is all one patch – noise and ring modulation and layering the ring source, plus some DCW and pitch envelope use, are what generate all those sounds. I added Arturia’s Trid-A Pre and some reverb from Softube’s TSAR-1 Reverb and … that was it.

More on the products:

V Collection 7

CZ V

The post The Casio CZ is a huge highlight of Arturia’s V Collection 7 appeared first on CDM Create Digital Music.

L’AAPPQ lance l’édition 2019 du Manuel de référence et honore l’équipe de Schola

Communiqué de presse :

« 14/06/2019

À l’occasion du cocktail annuel de l’AAPPQ, le 13 juin, plus de 150 personnes des milieux de l’architecture, du design et de la construction étaient réunies sous le dôme de l’ancien Planétarium DOW à Montréal, pour découvrir le Manuel de référence 2019 de l’Association des Architectes en pratique privée du Québec (AAPPQ), les 25 projets publiés et célébrer l’équipe de Schola, membre honorifique de cette année. Une occasion unique de souligner l’importance de la qualité architecturale pour notre société.


Manuel 2019 : l’architecture, ça se vit !

Vitrine du savoir-faire des bureaux d’architectes membres de l’AAPPQ, le Manuel de référence est aussi un outil pratique pour tous ceux qui ont un projet d’architecture ; il répertorie l’ensemble des firmes d’architecture ainsi que les partenaires fournisseurs. Pour l’édition 2019, l’AAPPQ a choisi de souligner l’architecture comme élément central de notre quotidien. L’architecture, ça se vit ! est le thème qui a guidé le comité de sélection pour choisir les 25 projets présentés : milieux de travail, d’éducation, de vie, de loisirs, de soins, aménagements urbains ou culturels, la diversité des projets témoigne de l’omniprésence de l’architecture dans notre société et comment elle structure notre environnement de tous les jours. Écoles, casernes, bibliothèques, bureaux, centre de recherche, théâtres, résidences privées, bâtiments patrimoniaux, projets durables : l’architecture, ça se vit !

Le choix de la couverture du Manuel s’est porté sur la Maison Gauthier, réalisée par Atelier Barda architecture. Ce projet a été un coup de cœur unanime des membres du comité de sélection pour son intégration dans son environnement et l’utilisation de la topographie, la sobriété des interventions et l’usage de matériaux durables.

Le Manuel est diffusé à 2 000 exemplaires aux membres, partenaires et donneurs d’ordre.

Pour consulter le communiqué de presse original…

Pour télécharger une copie du Manuel de référence 2019…

Pour consulter les 25 projets sélectionnés…


Schola : membre honorifique de l’année

C’est avec un grand enthousiasme que l’équipe de Schola, dirigée par Carole Després, a reçu le titre de membre honorifique 2019 de l’AAPPQ.

« Alors que le vaste programme de rénovation des écoles est reconnu comme un enjeu crucial pour l’avenir de notre société, le projet développé par Schola contribuera au développement des meilleures pratiques pour favoriser la qualité architecturale dans la modernisation des écoles publiques, dans une perspective de développement durable » a souligné Anne Carrier, présidente de l’AAPPQ. Rappelons que Schola souhaite rendre disponible, d’ici 2022, une plateforme numérique d’expertise en architecture scolaire, qui servira à éclairer les décisions afin de favoriser la réussite éducative des élèves et le bien-être des équipes scolaires. L’association croit profondément que la recherche appliquée est une voie à développer pour faire face aux nombreux enjeux de l’industrie et en honorant un consortium de chercheurs, l’AAPPQ souhaite également célébrer les approches collaboratives et interdisciplinaires exemplaires de cette équipe, qui travaille sous l’égide de l’Université Laval. Composé de chercheurs, ce consortium regroupe des spécialistes en morphologie architecturale, en ambiances physiques, en programmation architecturale, en design de mobilier et en design de l’information et design graphique.

L’AAPPQ remercie tous les partenaires du Manuel et particulièrement le partenaire présentateur de cette année : le Fonds de solidarité FTQ. »

Pour visiter le site internet de Schola…


NDLR : Ci-joint un webinaire développé par Schola qui s’adresse aux décideurs et aux professionnels impliqués ou interpellés par l’amélioration fonctionnelle des écoles à rénover.

Les chercheurs de Schola y tracent le portrait préliminaire des salles de classe des écoles primaires du Québec en 4 aspects distincts :

  • La forme physique de la salle de classe
  • Les ambiances physiques
  • Le mobilier
  • La pédagogie

D’autres webinaires sont à venir.

 


Pour visiter le site internet de l’Association des architectes en pratique privée du Québec…

Cet article L’AAPPQ lance l’édition 2019 du Manuel de référence et honore l’équipe de Schola est apparu en premier sur Kollectif.

Alain Stanké et Maxime-Alexis Frappier co-commissaires de l’exposition « Roger Taillibert – Volumes et lumière »

Extrait du communiqué de presse :

« 20 JUIN – 29 SEPTEMBRE 2019

Repentigny, le 2 mai 2019 – Pour sa grande exposition de l’été, le Centre d’art Diane-Dufresne présente, en exclusivité mondiale, du 20 juin au 29 septembre 2019, une sélection de peintures et dessins réalisés par Roger Taillibert, architecte du Stade olympique de Montréal, legs majeur de la modernité.

Ce corpus d’œuvres, jamais dévoilé au public, a été réalisé par le célèbre architecte français tout au long de sa prolifique carrière. Alors qu’il réalisait de grands ensembles architecturaux dans les grandes capitales du globe, nous découvrons que son violon d’Ingres était la peinture. Ses tableaux, œuvres fortes et denses, laissent deviner, en filigrane, une figuration émergente et assumée, ayant pour thèmes de prédilection l’architecture, le sport et la nature. Ses tableaux sont une ode à la couleur dans son acception la plus haute.

L’exposition Volumes et lumière met en parallèle ses deux passions dont l’influence réciproque est mise en valeur par une scénographie en deux temps :  ses œuvres architecturales et ses œuvres peintes se répondant, comme les deux faces d’une même médaille.

Un documentaire inédit d’Alain Stanké, réalisé avec M. Taillibert entre Paris et Saint-Sauveur, sera présenté au public. M. Taillibert s’y révèle sans artifices et nous fait partager souvenirs et anecdotes de son enfance à aujourd’hui.

Souvent sollicité pour exposer ses œuvres sans jamais accepter de se dévoiler, c’est au Centre d’art Diane-Dufresne, à Repentigny, qu’il a décidé de partager, pour la première fois, le fruit de ses années de création.

Le corpus d’œuvres proposé a été réalisé en France et au Québec. En effet, Roger Taillibert réside habituellement à Paris, mais c’est dans les Laurentides qu’il se réfugie, plusieurs mois par an, depuis plus de quarante-cinq ans.

L’exposition Volumes et lumière retrace le parcours de l’architecte, du peintre et de l’humaniste aujourd’hui âgé de 93 ans dont la mission première a toujours été l’épanouissement de la jeunesse à travers le sport, dans l’esprit des Jeux olympiques modernes tels que les a imaginés le baron Pierre de Coubertin et dans la continuité des politiques publiques de son ami, le maire de Montréal, Jean Drapeau.

Du Parc des Princes de Paris au Parc olympique de Montréal en passant par le Khalifa International Stadium de Doha, la piscine de Deauville ou le complexe sportif de Villeneuve-D’Ascq, l’histoire mondiale de l’architecture retiendra le legs majeur de Roger Taillibert. Ses stades gigantesques sont de véritables cathédrales de béton dédiées au sport de compétition et révèlent sa nature et sa stature de créateur hors-norme. Cette incursion dans le jardin secret de son œuvre picturale saura aussi surprendre par sa liberté créatrice qui ne connaît ni frontières ni limites. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…


Pour visiter le site internet du Centre d’art Diane-Dufresne…

Cet article Alain Stanké et Maxime-Alexis Frappier co-commissaires de l’exposition « Roger Taillibert – Volumes et lumière » est apparu en premier sur Kollectif.

Visites d’architecture contemporaine | Les billets sont disponibles pour les 4 prochaines visites!

Annonce :

« Visites d’architecture contemporaine
26.06 + 27.06 + 03.07 + 09.07

Chargée de projet : Pauline Butiaux, consultante en design urbain et co-fondatrice de Manœuvres


MSDL / ANCIEN PLANÉTARIUM DOW + MAISON DES ÉTUDIANTS ÉTS
DATE : 26 JUIN 2019

  • avec les architectes Jean-Pierre LeTourneux et Julie Morin (MSDL)
  • et Cédrick Pautel, directeur général par intérim de l’ÉTS , Richard Chénier, directeur du Centech (ÉTS) et Mathieu Bergeron, directeur du bureau de la construction (direction de l’immobilier – ÉTS)

L’E?cole de technologie supe?rieure (E?TS) ce sont 11 000 étudiant(e)s et 12 bâtiments situés dans Griffintown autour des rues Peel et Notre-Dame. Ces dernières années, avec la complicité de la firme montréalaise MENKÈS SHOONER DAGENAIS LETOURNEUX Architectes, l’École de technologie supérieure (ÉTS) porte la volonté de fonder un véritable campus urbain intégré au cœur de la ville.

«La notion de campus existe seulement à partir du moment où on retrouve de vrais espaces publics qui connectent les bâtiments, qui sont vivants et que les étudiants peuvent s’approprier. Ça n’existait pas à l’ÉTS.» (Jean-Pierre LeTourneux, MSDL).

Au sein de ce campus qui prend forme, découvrons ensemble les deux derniers projets complétés : la conversion de l’ancien Planétarium DOW (2018) pour accueillir le Centech, un pôle d’innovation propulsé par l’ÉTS et la Maison des étudiants de l’ÉTS (2016), un objet architectural cristallin, dont la forme rend hommage à la Ice House qui occupait autrefois le site, où l’on entreposait des blocs de glace extraits du fleuve Saint-Laurent.

Réservez dès maintenant (5$) / Places limitées !

Réservation obligatoire sur Eventbrite…


ARCHITEM / MBAM
DATE : 27 JUIN 2019

  • avec Andrea Wolff, architecte, associée principale (ARCHITEM)
  • et Sandra Gagné, architecte et chef de la Production des expositions (MBAM)

Le Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM) s’est agrandi en 2016 avec la création du Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein. Sur six étages, de nouvelles scénographies exclusives, signées par le MBAM et la firme d’architecture ARCHITEM mettent en valeur 750 œuvres des maîtres anciens à l’art contemporain. Pour situer historiquement les pièces d’art exposées, le design et la matérialité évoquent chacune des époques dont elles sont issues. Découvrez comment la scénographie, issue du dialogue entre art et architecture, instaure un parcours narratif, invente le cheminement d’un imaginaire, met en valeur la stratification historique et finalement crée un pont entre l’œuvre et le spectateur !

Réservez dès maintenant / Places limitées !
5$ (au profit de la MAQ – entrée du Musée gracieusement offerte par le MBAM)

Réservation obligatoire sur Eventbrite…


LEMAY / PHÉNIX
DATE : 3 JUILLET 2019

  • avec Hugo Lafrance, directeur Stratégies durables (Lemay) et Bryan Marchand, architecte (Lemay)

« De bien des façons, l’évolution de notre travail incarne celle de notre société » (Louis T. Lemay)

Le Phénix est le nouveau siège social de Lemay, firme de conception alliant architecture, architecture de paysage, design, ingénierie, développement durable etc. Dans une logique de responsabilité sociale et écologique, Lemay a choisi de s’implanter au cœur de l’arrondissement du Sud-Ouest de Montréal, lieu des humbles origines de la firme, et de transformer un ancien entrepôt datant des années 1950. Lemay a souhaité concevoir un environnement de travail créatif et inspirant pour quelques 350 professionnels au sein d’un bâtiment d’une consommation énergétique net positif et carbone zéro. Comment une firme d’architecture fait de son siège social un laboratoire expérimental pour les innovations en matière de développement durable et de conception d’espaces de travail ?

Réservez dès maintenant (5$) / Places limitées !

Réservation obligatoire sur Eventbrite…


KANVA / ELÄA
DATE : 9 JUILLET 2019

  • avec les architectes Dina Safonova et Tudor Radulescu (KANVA)
  • et l’architecte paysagiste Micheline Clouard (VLAN paysages)

Le projet Elää est un complexe résidentiel de 41 logements situé dans Verdun à Montréal. Inscrit harmonieusement dans le tissu urbain du quartier, Elää crée un microcosme urbain sur le site en fragmentant le bâtiment en plusieurs volumes qui sont unis par des espaces verts. C’est un projet novateur à bien des égards, qui s’inspire des typologies scandinaves et même d’anciennes techniques japonaises pour la matérialité (le cèdre calciné, connaissez-vous ?). Comment le projet réinvente t-il le condo et la densité, la notion de devant et derrière d’un bâtiment, la dualité intimité et convivialité, la durabilité… ? Venez analyser et comprendre ce projet singulier et exemplaire !

Réservez dès maintenant (5$) / Places limitées !

Réservation obligatoire sur Eventbrite…


Pour visiter le site internet de la Maison de l’architecture du Québec…

Cet article Visites d’architecture contemporaine | Les billets sont disponibles pour les 4 prochaines visites! est apparu en premier sur Kollectif.

Concours de la bibliothèque municipale Françoise Bédard : les finalistes sont connus

Annonce :

« L’identité des finalistes du concours d’architecture de la bibliothèque Françoise-Bédard à Rivière-du-Loup a récemment été dévoilée. Il s’agit de :

  • Atelier Big City + Atelier 5 + Vincent Leclerc architecte et Stantec ;
  • BGLA + In Situ + MH Nollet et Génie +/Concept-R ;
  • Chevalier Morales architectes et Pageau Morel/Latéral/Gravitaire ;
  • Groupe A | Annexe U et LGT inc.

Ces équipes ont jusqu’au 10 septembre prochain pour préparer leurs prestations.

Le projet consiste en l’agrandissement et le réaménagement de la Bibliothèque municipale Françoise-Bédard de Rivière-du-Loup. Le budget de construction est d’environ 5 M $.

Le concours, lancé le 3 avril, est approuvé par l’OAQ. La conseillère professionnelle est Michelle Décary. »


Pour visiter le site internet de la Ville de Rivière-du-Loup…

Cet article Concours de la bibliothèque municipale Françoise Bédard : les finalistes sont connus est apparu en premier sur Kollectif.

Pôle municipal : les finalistes du concours d’architecture pluridisciplinaire sont maintenant connus

Extrait du communiqué de presse :

« Vaudreuil-Dorion, le 12 juin 2019 – Le projet du pôle municipal franchit une nouvelle étape alors que la Ville de Vaudreuil-Dorion divulgue aujourd’hui les quatre finalistes du concours d’architecture. Le projet de pôle municipal, qui inclut l’hôtel de ville, la bibliothèque, une place publique et l’implantation du centre aquatique, a suscité un grand intérêt comme en témoigne la forte participation. Les quatre finalistes ont été sélectionnés parmi les vingt candidatures reçues par un jury qui s’est réuni les 3 et 4 juin dernier.

Les quatre finalistes

En ordre alphabétique, les quatre firmes qui ont retenu l’attention du jury sont les suivantes :

  • Architecture EVOQ inc.
    Exemples de projets réalisés : Nouvelle bibliothèque Maisonneuve (en cours), Édifice de l’Ouest du parlement
  • LMA / L’ŒUF
    Exemples de projets réalisés : Centre culturel Notre-Dame-de-Grâce, Centre sportif de Gatineau
  • Provencher Roy
    Exemples de projets réalisés : Pavillon d’accueil de l’Assemblée nationale du Québec, Institut de cardiologie de Montréal (en cours)
  • Zaraté Lavigne + White
    Exemples de projets réalisés : Hôtel de Ville de Täby (Suède), Stockholm Waterfront Congress Centre (Suède)

Trois finalistes sont québécois. Le dernier est un regroupement provenant du Québec et de la Suède.

Le jury

Le jury est composé, toujours en ordre alphabétique, des neufs professionnels suivants :

  • Mme Marie-Chantal Croft, architecte (Coarchitecture), présidente du jury
  • M. Frédéric Genest, ing., M.Sc.A. (Ressources naturelles Canada / Gouvernement du Canada)
  • Mme France Lavoie, directrice du Service des communications (Ville de Vaudreuil-Dorion)
  • M. Martin Lefebvre, architecte (Cormier Lefebvre, architectes)
  • Mme Annick Lemay, chef de division – Bibliothèque (Ville de Vaudreuil-Dorion)
  • M. Kristopher Parent – Architecte paysagiste et directeur de l’aménagement (Ville de Kirkland)
  • M. Jean Pelland, architecte (Sidlee architecture)
  • M. Ron Rayside, architecte (Rayside Labossière architectes)
  • Mme Anne Vallières, architecte (STGM architectes) »

Pour lire la suite du communiqué de presse…

Pour plus d’information…


Pour visiter le site internet de la Ville de Vaudreuil-Dorion…

Cet article Pôle municipal : les finalistes du concours d’architecture pluridisciplinaire sont maintenant connus est apparu en premier sur Kollectif.

Appel à conférenciers | 8e Forum sur le patrimoine religieux

Annonce :

« Le Conseil du patrimoine religieux du Québec vous invite à son huitième forum annuel qui se tiendra les 6, 7 et 8 novembre 2019 à Saint-Hyacinthe

Le Forum sur le patrimoine religieux est le rendez-vous annuel de tous les intervenants touchés par l’avenir du patrimoine religieux québécois. À travers les conférences, les échanges et les visites, le Forum partage des expériences novatrices et des projets concrets. Ce grand rassemblement est l’occasion de faire le point sur la situation à l’échelle nationale et de proposer des solutions durables, touchant à la fois le patrimoine immobilier, mobilier, archivistique et immatériel. On y discutera des nouvelles approches et on dévoilera les plus récentes réussites en matière de diffusion, de restauration et de réutilisation du patrimoine religieux au Québec.

Appel à conférenciers

Vous avez participé à des projets inspirants que vous aimeriez partager avec des passionnés du patrimoine religieux.

Pour soumettre votre proposition (conférence de 20 minutes) : envoyez votre résumé (titre, description de 300 mots maximum et courte biographie) d’ici au 28 juin 2019 par courriel : conseil@patrimoine-religieux.qc.ca. »

Pour consulter l’annonce originale…


Pour visiter le site internet du Conseil du patrimoine religieux du Québec…

Cet article Appel à conférenciers | 8e Forum sur le patrimoine religieux est apparu en premier sur Kollectif.

Jodoin Lamarre Pratte remporte l’édition 2019!

Annonce :

« Le Tournoi de volleyball 2019 a eu lieu samedi le 8 juin au CEGEP du Vieux-Montréal affrontant 24 équipes d’architectes et d’ingénieurs.

Le tournoi a été remporté par Jodoin Lamarre Pratte.

Merci à tous les participants et à l’année prochaine.

Comité organisateur :

  • Sarah Harvey BBBL
  • Patrick-Hugh Tiernnan BBBL
  • Edwin Strik Aedifica
  • Luc-André Taillon SDK »

Cet article Jodoin Lamarre Pratte remporte l’édition 2019! est apparu en premier sur Kollectif.

Nouveau conseil d’administration de l’APDIQ 2019-2020

Extrait du communiqué de presse :

« LE 3 JUIN DERNIER, L’ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES DESIGNERS D’INTÉRIEUR DU QUÉBEC (APDIQ) SE RÉUNISSAIT POUR STATUER OFFICIELLEMENT SUR LA COMPOSITION DE SON CONSEIL D’ADMINISTRATION POUR 2019-2020.

Marie-Christine Dubé, propriétaire de Tribu-Design, accède au poste de présidente, appuyée par Marco Brissette (ACDF) et Mario Beauchemin (Mario Beauchemin Designer), à la vice-présidence. Le comité exécutif du conseil d’administration 2019-2020 comprend aussi Patrizia Massa (Décotex), nommée secrétaire-trésorière.

« Partout au Québec nous devons rayonner et faire en sorte que notre profession soit marquée d’un sceau d’excellence pour le public et pour nos pairs […] La formation, l’éducation, la reconnaissance, l’excellence, les assurances, les contrats et l’uniformité de nos honoraires sont des attentes sur lesquelles nous planchons continuellement », annonce aux membres Marie-Christine Dubé, présidente du CA de l’APDIQ. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…


Pour visiter le site internet de l’Association professionnelle des designers d’intérieur du Québec…

Cet article Nouveau conseil d’administration de l’APDIQ 2019-2020 est apparu en premier sur Kollectif.

Inauguration de l’installation « 1, 2, 3… DÉFILEZ ! » sur l’avenue du Musée

Extrait du communiqué de presse :

« 1, 2, 3… DÉFILEZ ! SUR L’AVENUE DU MUSÉE Une installation présentée par le Musée des beaux-arts de Montréal Inauguration tout en musique le 19 juin, à 17 h

Montréal, le 13 juin 2019 – Prenez la pose ! Cet été, jusqu’au 27 octobre, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) transforme pour une 8e année l’avenue du Musée en rue piétonne et y présente 1, 2, 3… DÉFILEZ ! Inspirée de l’exposition Thierry Mugler : Couturissime, cette oeuvre éphémère conçue par Provencher_Roy, architecture, design, urbanisme, paysage propose aux visiteurs et aux passants de devenir, le temps d’une promenade, l’étoile de leur propre défilé. Durant l’été, l’installation accueillera de nombreux événements et animations.

1, 2, 3… Défilez !

Une grande silhouette féminine empreinte de l’univers de Thierry Mugler occupe le centre de l’installation 1, 2, 3… Défilez ! Fortement stylisée et méticuleusement découpée, elle est ornée de cercles de différentes couleurs évoquant une texture de plumage. Ceux-ci adoptent des reflets changeants selon l’angle d’observation et le moment de la journée – ils scintillent, brillent et miroitent comme autant de paillettes sous le chaud soleil d’été, ou encore affichent fièrement leurs couleurs par temps nuageux. Cette mise en scène aussi éblouissante qu’inattendue donne lieu à une expérience mémorable : un vibrant tableau se métamorphosant au rythme des pas des spectateurs.

Événement d’inauguration

Mercredi 19 juin, de 17 h à 21 h

Le MBAM invite le public à un événement dansant pour inaugurer l’oeuvre éphémère de l’avenue du Musée. Gratuit !

Au programme :

  • Prestation musicale estivale et festive de DJ Yuki
  • Délices de camions de cuisine de rue (payant)
  • Service de bar (payant)

Profitez aussi des expositions Thierry Mugler : Couturissime et Montréal Couture à moitié prix de 17 h à 21 h.

En cas de pluie, l’événement sera annulé. »

Pour lire la suite du communiqué de presse…


Pour visiter le site internet du Musée des beaux-arts de Montréal…

Cet article Inauguration de l’installation « 1, 2, 3… DÉFILEZ ! » sur l’avenue du Musée est apparu en premier sur Kollectif.

RSS akimbo

  • An error has occurred, which probably means the feed is down. Try again later.

RSS College Art Association

RSS inside higher ed architecture

RSS inside higher ed: outside architecture