machine quotidienne

Icon

Wendy Carlos, pioneering composer, will finally get the biography she has earned

Wendy Carlos, a giant of electronic music composition, should at last get a complete, well-deserved biography. The book is set to be published next month.

Michigan-based musicologist Amanda Sewell is set to profile the music legend in a debut title published by Oxford University Press, in a 264-page hardcover edition (and ebook) due on March 5. Sewell is also Music Director of Interlochen Public Radio.

It’s welcome news. My understanding from friends with personal contact to her was that the composer was often reluctant to speak with the media. I once had a short exchange with her publicist, but can’t otherwise comment on the specifics. But I do know this can trigger an all-too-familiar feedback loop – poor or incomplete journalism frustrates an artist, who then doesn’t want to talk to the press, who then stray even further from the narrative the artist might want to share (at best) or from the facts (at worse). I also feel strongly that this responsibility lies with us as writers. When we screw this up, everyone loses.

But Wendy Carlos is a composer so many of us would like to explore in real depth. The frequent narrative about Carlos’ work has been embarrassingly superficial. Yes, she produced the album that would become the breakout crossover hit for the Moog synthesizer, Switched on Bach. But significant as that album was, her film scores for Tron, The Shining, A Clockwork Orange, and others have had lasting power, too. Her compositions evolve and grow over her career-long output, turning on a dime between unforgettable melodies and angular abstract sounds, perpetually innovating in their treatment of musical materials and instrumentation – including the synth. Arguably, few composers have had a greater impact on how we think about synthesizer orchestration, certainly in the context of writing for film. Seeing her work exclusively in terms of Switched on Bach misses the point – and, in doing so, may misunderstand the significance of the synthesizer more generally.

And then there’s the fact of so many writers and teachers mishandling mention of Carlos’ personal life. Instead of being able to read about a significant composer, aspiring transgender and non-binary artists often encounter transphobia in the first encounter with Carlos.

I don’t yet have a review copy in hand, but I very much look forward to reading about a person who was one of the people who inspired me to go into electronic music and writing about the field. (Thank you to Wendy Carlos for that.)

And the advance copy looks encouraging – it appears to cover every aspect of her career, with what promises to be complete coverage of her music, without shying away from talking about her gender identity.

The blurb:

With her debut album Switched-On Bach, composer and electronic musician Wendy Carlos (b. 1939) brought the sound of the Moog synthesizer to a generation of listeners, helping to effect arguably one of the most substantial changes in popular music’s sound since musicians began using amplifiers. Her story is not only one of a person who blazed new trails in electronic music for decades but is also the story of a person who intersected in many ways with American popular culture, medicine, and social trends during the second half of the 20th century and well into the 21st. There is much to tell about her life and about the ways in which her life reflects many dimensions of American culture.

And table of contents:

Introduction. The Phenomenon of Wendy Carlos

Chapter 1. Origins (1939-1962)
Chapter 2. Foundations (1962-67)
Chapter 3. Switched-On Bach and Undesired Fame (1968-69)
Chapter 4. Something Went Wrong (1970-1978)
Chapter 5. “Welcome Back, Wendy!” The Playboy Interview (1979)
Chapter 6. Transformations (1979-1984)
Chapter 7. The Last of the New (1985-1997)
Chapter 8. Reissuing the Past (1998-2005)
Chapter 9. Preserving, Protecting, and Defending Her Legacy (2006-Present)

And it comes from a respected publisher. I see OUP is also including a glossary, presumably with an eye to making this book accessible to people outside electronic music, too.

Wendy Carlos: A Biography [Oxford University Press: Academic]

And apart from (hopefully) this book, if you do want an excellent resource on Wendy Carlos, well, Wendy Carlos remains a great resource. Her official site is full of material. It covers not only expected topics (like a tribute to Bob Moog), but more peripheral interests like exploration of color, map making, and solar eclipses. Also, pictures of cats.

http://www.wendycarlos.com/

Pictured: the composer in her studio, 1979.

The post Wendy Carlos, pioneering composer, will finally get the biography she has earned appeared first on CDM Create Digital Music.

UK’s 2021 work visa for European DJs, musicians poses challenge to cultural exchange

Europe’s cultural integration has made it an oasis for electronic music and music exchange. That makes new hard-line British policy a potential setback.

The bright spot: by announcing the policy now, and introducing legislation, there is an opportunity for examination and (hopefully) change, before the policy becomes law.

Updated: already, here’s one action for change. The Musicians’ Union is fighting for a passport for artists. You can add your name to the petition and, if you choose, donate:

Let Touring Musicians Travel: Support Musicians Working in the EU Post-Brexit [change.org]

Ironically, I’m just back from Kaliningrad hosting an event with the generous support of the Cultural and Education Section of the British Embassy in Moscow and the British Council. At a time when Russian and UK diplomatic relations were frayed – even closing the consulate in St. Petersburg – musical exchange has opened the door to communication and cooperation. And even though I’m not a UK or European citizen, I’m hugely grateful for the ways in which UK diplomacy has enriched the music landscape worldwide.

I think that illustrates the importance of communicating about these changes – and understanding them in some larger context, even beyond the European one.

Reading the policy

To be clear, it is possible to overstate the UK policy – and if you’re on techno Twitter or other social media close to the issue, you’ve likely read some pretty draconian commentary. So let’s pull apart how the policy works, as described by Home Office policy documents and other reporting. (Major disclaimer: as an American, and a German resident, and very much not an immigration lawyer, my interpretation should be taken with a grain of salt. Knowing the readership of this site, we probably do have a UK immigration lawyer somewhere, so by opening my mouth as usual I tend to trigger some more enlightened discussion.)

Maybe the biggest surprise, as Mixmag points out, is that the Home Office policy statement is 180 degrees apart from the Government’s own Culture Minister. He said just last month that “it’s absolutely essential that free movement for artists is protected post-2020.” [See MusicWeek – and cultural minister Nigel Adams was himself a Brexiteer.] It also seems like a blow for UK-based music tech like Focusrite/Novation, who benefit from being part of a diverse and international community.

How it works now: Free movement for EU nationals is one of the fundamental treaties that makes the European Union what it is. That freedom of movement includes the right to seek work anywhere inside the EU – for all citizens. So if you’re an artist or DJ, this means you can hop over to the UK and play the gig, and it’s no different than doing it in the country of your citizenship, like Poland, Romania, or Spain.

This does not necessarily apply to residents of the country; the freedom of movement law is written for nationals of those member countries.

Free movement – EU nationals [European Commission]

“Now” is guaranteed for purposes of labor movement through the end of 2020, as part of the negotiated transition period for the UK leaving the EU.

How it would work from 2021, if adopted: The new policy is part of a larger point-based immigration system overhaul, which is also what the Trump Administration is advocating for the USA. As part of that larger shift, it tightens requirements for income self-sufficiency, even for temporary work by artists, and eliminates existinging temporary worker programs based on the EU’s free movement policy.

These changes were not inevitable with Brexit. They represent the UK government distancing itself from the principles behind the EU policies – and in a way that could even prove unpopular.

Full policy paper from last week: The UK’s points-based immigration system: policy statement

And blog post from the Home Office: Points-based immigration system: Latest Information

The UK had been proposing this for a while. It was part of the Immigration and Social Security Co-ordination (EU Withdrawal) Bill read in 2019. And the Conservative Party proposed it again in the fall.

For artists traveling to play in the UK (including both musicians and DJs), the visa now required for EU citizens – as well as everyone else – is this:

Temporary Worker – Government Authorised Exchange visa (Tier 5)

The application cost is £244 – nowhere near as steep as countries like the United States of America, but a significant additional cost. (Musicians of course often play for less than that application fee.)

The visa response time the UK says “should be” within 3 weeks, with the ability to apply as early as 3 months prior to the gig. Expedited service fee is a whopping £500.

A certificate of sponsorship is required, with approved government agencies and programs. The program list is very specific, though; I’m asking UK partners if they can make more sense of this requirement.

Sponsors can approve multiple entry in that letter. This means that a smart strategy for artists playing in the UK may be to try to get a multiple entry visa so the fee is easier to swallow, since the visa lasts over a year.

The sponsorship letter is also an opportunity for artists to skirt an additional, potentially disqualifying requirement – £945 in savings which needs to be in your bank account 90 days before entering the country. A sponsoring organization can take on that requirement for artists.

Foreign artists also need to pay a healthcare surcharge. (Other countries I’ve dealt with allow private travel health insurance; this way you instead pay into the UK public health system.)

There is also a “Global Talent” visa, which replaces the existing Tier 1 “Exceptional Talent” visa. It’s more expensive, however, and has more stringent requirements.

Why it could hurt

I can make this really simple. I’ve never met anyone in music curation or arts – not one person – who wanted more restrictive borders for our field. Maybe this is a debate in other industries, but it seems universally within music that people want open borders. One question I have then is why our industry hasn’t been more effective working with government to lift restrictions on the arts.

It seems that changes in the UK would likely not only impact legal work mobility, but also would tighten enforcement of existing rules for everyone else. The existence of this requirement means it’s more likely border officers will ask tough questions and look for potential violations. It’s also extremely likely that European countries will retaliate with similar requirements for UK artists in Europe. That could have a chilling effect on the entire music market.

Free movement benefits music in three ways. First, it’s bi-directional – so more freedom means more international artists to compete with, but also more opportunities abroad. Second, the exchange of artists has the ability to increase the value of events – a dynamic scene means dynamic audiences, which can benefit everyone. Third, and most intangibly, exchange drives musical inspiration and transformation. Music is a form of communication that takes input.

I don’t know that artists should write off the UK because of changes to the visa. I think it’s a safe assumption that given Conservative Party control of the government, this long-sought-after legislation will pass – and it may be necessary for those of us working as artists and curators and in cultural diplomacy to adapt. I think it’ll increase the urgency for UK organizations and governments who do advocate for international exchange, too.

But adding visas where they didn’t exist before will certainly discourage artistic exchange with the UK, particularly for more casual DJ gigs and underground events.

Worse for the UK, the savings requirement could impact the diversity of artists traveling to the country.

The bigger picture

As immigration becomes a hot button issue worldwide, it’s long past time for the music community to get louder about immigration advocacy. Musical innovation and cultural wealth have always benefited from exchange and export, whether in preserving old traditions or creating new ones.

The reason I say it’s possible to overstate the UK policy is, it’s largely Europeans who have become accustomed to a unique level of international integration. Someone with a Russian or US passport entering the UK, for example, has a different experience.

It’s also clear that worldwide, the most popular visa for working artists is the “oh I hope people don’t ask what I’m really doing here” visa. In countries with tight borders – the US and Canada being prime examples – bending the rules can result in artists receiving long-term deportations, just because of fairly innocent activities like playing a DJ gig – hardly the sort of thing that wrecks a nation’s economy or steals someone else’s job. It’s more likely that gig will support the jobs of people working in nightlife than it is they would take them away.

So if it’s an economic win to encourage travel, what would a more progressive artist visa look like? That’s not hard to imagine – it’s the way tourist visas work in most countries now. And it’s the same reason countries looking to boost their economy often waive even the usual tourist visa requirements. That’s happening even in countries known for having tougher borders. The Russian Federation recently introduced a generous e-visa program, for example. (The UK and USA were notably not included – arguably an example of what escalating restrictions can do as countries reciprocate rules.) We need containment for the COVID-19 virus for it to be useful again, but China also has 72-hour visa free transit for people extending layovers into small holidays. And that’s just to give a couple of examples of countries seldom mentioned for their openness to immigrants or light paperwork requirements.

So why not consider that maybe musical activities are comparable to tourism in their benefit? (Hey, I’d even say they’re lower-impact and more net positive in communities than tourists are.)

Before people become overly depressive about the UK, keep in mind – this visa still looks within reach for may artists, and it’s right now only in a policy document statement, not finished and passed legislation. Given the transition period for Brexit is likely to involve a lot of debate, it’s an opportunity to have already seen this policy in proposals for the last couple of years, and as the stated Home Office position in just the second month of the transition. There are no surprises here, and even the opportunity for UK citizens to lobby for having the requirements relaxed.

Also, at least the UK isn’t the USA, whose artist visa process is so complex and expensive I can’t even wrap my head around it enough to explain.

Europe is generally an edge case – for its citizens, at least, it offers a vision of a more open world. The UK will be the first country to have that kind of privilege and then let it go, which may prove instructive.

But for the rest of the world, artist policy could be an opportunity to talk about immigration in an understandable way – and perhaps to win more open policies, even if the political winds seem headed the other direction. So with all of this in mind, there’s a chance the UK handed the international artistic community a gift – dependent entirely on our next moves.

Other reporting:

Proposed Brexit UK immigration policy will have ‘devastating impact,’ music industry warns [Resident Advisor – and that’s December 2018]

UK government confirms touring EU artists will need visas starting next year [RA]

Non-EU artists will need visas to perform in the UK from 2021 [Dummy]

EU DJs and musicians will need a visa to perform in the UK from 2021 [Mixmag]

Brexit: The impact on dance music so far [Mixmag in 2017, and that was pre-Article 50]

Resident Advisor partners with Spotify to launch RA Tickets integration

Image credit:

LONDON HEATHROW

“LONDON HEATHROW” by Parto Domani is licensed under CC BY-NC-SA 2.0

The post UK’s 2021 work visa for European DJs, musicians poses challenge to cultural exchange appeared first on CDM Create Digital Music.

Here’s how to update KORG’s wireless nano controller, and use it with iOS 13 (and more)

In case you missed it, in November, KORG fixed issues with their portable Bluetooth MIDI controllers/keyboards and iOS 13. Wireless operation works with desktop OSes, too – and it’s really cool.

Firmware updates I know can be a bit scary, and it’s possible some owners of the KORG wireless devices didn’t even know that there was a fix (or that you can do this, for that matter)! So it’s worth sharing this video KORG posted at the end of last week.

iOS changes have kept developers scrambling lately, but at least this catches you up. And it’s tough to beat the iPad and a wireless nanoKEY as an ultra-portable rig on the road.

Wireless Bluetooth MIDI operation is a strong, low-latency solution on desktop OSes, too, though – useful if you have your computer handy and just need some input device to sketch in ideas or try our your latest virtual modular patch. (That’s me, anyway!)

KORG’s wireless controllers do support both Mac and Windows, too. (I’ll check if there’s a way to get this working on Linux; I suspect someone ported over Apple’s implementation. I also don’t see Android officially supported, but there’s some version there – or you can just use USB and an OTG cable, in a pinch.)

There are a few features that make the nanoKEY Studio easy to recommend, specifically. Everything is ultra-low-profile, so it’s more optimal for tossing in a backpack. There’s still velocity sensitivity on both the pads and keys, and back lighting for dark situations. But I think what’s especially winning is – not just knobs, but also an X/Y pad (KAOSS style), onboard arpeggiator, scale and chord mapping.

KORG push the notion that this helps when you’re not a skilled keyboardist but – obviously, even if you’ve got years of piano training, on a little controller like this you’re in a different mode.

https://www.korg.com/us/products/computergear/nanokey_studio/

Also quite useful on the go, nanoKONTROL Studio:

https://www.korg.com/us/products/computergear/nanokontrol_studio/index.php

In fact, I can imagine nanoKONTROL Studio with the new (wired) Novation Launchpad mini would be ideal. The Launchpad mini has input but not anything that works easily as a mixing layout – other than a somewhat crude mode that uses the pads for that, but doesn’t give you continuous control. Both would fit in a slim-line backpack with literally nothing else, for an easy iPad or notebook computer studio.

Or couple the Launchpad mini and nanoKONTROL Studio, because then you can lock individual controllers to particular instruments without swapping (useful!), or separate clip triggering and instrumental playing.

I just personally love being able to work when traveling and to fit live rigs into small spaces.

The post Here’s how to update KORG’s wireless nano controller, and use it with iOS 13 (and more) appeared first on CDM Create Digital Music.

Série vidéo « Suivez le guide! » | Diffusion de la capsule 02/04 sur le quartier Montcalm avec BIZ!

Capsule #02/04 | Le charme britannique du quartier Montcalm

Qu’ont en commun BIZ de Loco Locass et le quartier de Montcalm, à Québec ? Des années de complicité puisque l’artiste y a résidé une partie de son enfance, incarnant son idole Daniel Bouchard des Nordiques dans une ruelle du secteur entre deux « run » de journaux.

Visite guidée avec ce passionné d’histoire, qui témoigne de l’importance de préserver le patrimoine bâti afin de conserver le charme de ce quartier qu’il affectionne particulièrement.

Merci à Culture, art public et événements de la Ville de Québec et Culture et Communications Québec pour leur appui.

Production : Kollectif
Réalisation : CC LAB

[NDLR] : La capsule #03/04 sera diffusée le dimanche 23 février tôt en matinée sur la page Facebook de Kollectif! C’est un RDV!

(02/04) Le charme britannique du quartier MontcalmQu’ont en commun BIZ de Loco Locass et le quartier de Montcalm, à Québec ? Des années de complicité puisque l’artiste y a résidé une partie de son enfance, incarnant son idole Daniel Bouchard des Nordiques dans une ruelle du secteur entre deux « run » de journaux.

Visite guidée avec ce passionné d’histoire, qui témoigne de l’importance de préserver le patrimoine bâti afin de conserver le charme de ce quartier qu’il affectionne particulièrement.

Gros merci à Culture, art public et événements de la Ville de Québec et Culture et Communications Québec pour leur appui.

Production : Kollectif
Réalisation : CC LAB

Posted by Kollectif on Wednesday, February 12, 2020

Cet article Série vidéo « Suivez le guide! » | Diffusion de la capsule 02/04 sur le quartier Montcalm avec BIZ! est apparu en premier sur Kollectif.

Programmation des films en architecture et design de la 38e édition

* Kollectif est encore une fois fier partenaire média de cette 38e édition du FIFA!

Extrait du communiqué de presse :

« Montréal, le 18 février 2020 – Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux de dévoiler l’ambitieuse programmation de sa 38e édition, qui se déroulera du 17 au 29 mars à Montréal et, pour une troisième année consécutive, à Québec du 20 au 29 mars 2020. Ce sont plus de 240 films, documentaires, œuvres médiatiques, œuvres interactives et vidéoclips en provenance de près de quarante pays qui inviteront le public à s’émerveiller, à s’ouvrir au monde et à s’inspirer. En plus des films présentés en sélection officielle et en compétition, une série d’événements, de cartes blanches et de collaborations seront proposées au public. Parmi les nouveautés cette année, Le FIFA propose des projections destinées aux familles, ouvre une section consacrée aux vidéoclips, ouvre la porte vers la nouvelle vague de créatifs chinois, consacre une programmation spéciale aux artistes iranien.ne.s, et apporte les plus beaux spectacles au monde sur grand écran.

« Le FIFA s’honore de présenter et de mettre en lumière de grandes institutions culturelles, des créateurs de talent et des portraits d’artistes emblématiques, éloquents et inoubliables. La danse, la musique et la mode, qui s’illustrent particulièrement cette année, sont de parfaits exemples de moteurs de rassemblement et de réflexion collective. Je suis heureux de célébrer l’énergie fédératrice des créateurs et invités exceptionnels de cette 38e édition du Festival », a souligné Philippe U. del Drago, directeur général du FIFA.

LA 38E ÉDITION EN CHIFFRES
244 titres – 39 pays représentés – 73 films canadiens – 154 séances à Montréal et à Québec – 9 lieux – 47 premières mondiales – 43 premières nord-américaines – 52 premières canadiennes – 13 jours de festival

Le FIFA compte autant de films réalisés par des femmes que par des hommes, qu’il s’agisse de films en compétition ou en sélection officielle. »

Pour la programmation complète de la 38e édition…


FILMS EN ARCHITECTURE ET DESIGN :

ARCHITECTURE OF INFINITY
SUISSE | 2018 | 85 MIN

SYNOPSIS
Première québécoise

Fasciné dès l’enfance par les édifices sacrés, le réalisateur Christoph Schaub (1958) conduit le spectateur dans son univers méditatif, en s’interrogeant sur la manière de suggérer l’infini par le biais de l’architecture. Immersion contemplative dans le patrimoine religieux qui, par l’entremise de différents témoignages, nous porte à interroger notre rapport à l’au-delà et aux environnements bâtis. Sans pour autant dériver vers un discours religieux, ce film nous donne à contempler la vie spirituelle au cœur de l’art architectural, des beaux-arts et de la nature.

Pour plus d’information et voir la bande annonce…


THE WALKING MAN
ITALIE | 2019 | 61 MIN

SYNOPSIS
Première nord-américaine

Réalisé à partir d’une prestation à Rome, The Walking Man présente de façon énigmatique les différents aspects d’une métropole, son architecture, sa culture, ses habitants, ses paysages, ses espoirs et ses contradictions, avec un seul fil conducteur : un homme solitaire qui se promène dans la ville. La caméra le suit à distance, s’arrête quand il s’arrête, regarde vers où se pose son regard et se déplace là où il souhaite emmener le spectateur. À travers ce voyage, la ville de Rome met en lumière des contrastes saisissants, entre le centre-ville et la périphérie, entre le béton et la nature, entre l’histoire ancienne et la mondialisation. Le rendu audiovisuel de ce voyage transpose la notion très théâtrale de « l’expérience » au cinéma.

Pour plus d’information…


CHARLOTTE PERRIAND, PIONNIÈRE DE L’ART DE VIVRE
FRANCE | 2019 | 53 MIN

SYNOPSIS
Première canadienne

Femme libre et engagée, la designer et architecte Charlotte Perriand est une créatrice incontournable du 20e siècle. Élève et associée de Le Corbusier, maître incontestable de l’architecture contemporaine, Perriand est une véritable précurseure dans son domaine. Elle manie avec brio et singularité l’art d’habiter et de créer l’espace. Avec sa narration captivante et ses images d’archives exceptionnelles, ce documentaire de Stéphane Ghez nous fait entrer dans l’intimité d’une militante de la modernité et de la liberté.

Pour plus d’information…


FIVE SEASONS: THE GARDENS OF PIET OUDOLF
ÉTATS-UNIS | 2018 | 75 MIN

SYNOPSIS
Première québécoise

Ce documentaire de Thomas Piper nous fait découvrir l’univers de Piet Oudolf, figure révolutionnaire dans le monde de l’aménagement paysager. Célèbre pour ses espaces publics comme le High Line de New York ou le Lurie Garden de Chicago, ce créateur a complètement redéfini l’idée du jardin, faisant des espaces qu’il aménage de véritables œuvres d’art. En explorant ses pratiques créatives et ses croquis époustouflants, ce film d’une esthétique rare révèle un artiste du vivant porté par la poésie de la nature et le respect de son environnement.

Pour plus d’information et voir la bande-annonce…


IBOS & VITART ARCHITECTES – UN ART DE LA MESURE
FRANCE | 2019 | 56 MIN

SYNOPSIS
Première nord-américaine – En présence du réalisateur Alain Fleischer

Lauréats du Grand Prix national de l’architecture, Jean-Marc Ibos et Myrto Vitart sont deux architectes français de renom issus de la nouvelle génération. Réalisé à l’occasion de leur exposition à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris, ce film présenté en première nord-américaine offre une rétrospective de leurs réalisations à travers six de leurs bâtiments exemplaires. Réalisé par Alain Fleischer et accompagné d’une narration poétique, ce documentaire nous fait découvrir les enjeux, la rigueur et l’exigence qui entourent ces grands projets architecturaux.

Pour plus d’information…


NEUTRA – SURVIVAL THROUGH DESIGN
ÉTATS-UNIS | 2019 | 102 MIN

SYNOPSIS
Première québécoise

Ce documentaire propose une rétrospective couvrant les 125 ans de vie et de carrière de l’architecte Richard Neutra et de son fils, Dion Neutra. Considéré comme l’un des architectes les plus importants du mouvement moderne, Neutra père s’est vu décerner, de manière posthume, la médaille d’or de l’American Institute of Architects (AIA), la plus haute récompense remise par l’organisation. À travers les témoignages de son fils, Dion Neutra, aujourd’hui âgé de 94 ans, ce documentaire nous offre un portrait intime et artistique d’une figure incontournable du monde de l’architecture.

Pour plus d’information…


THE NEW BAUHAUS
ÉTATS-UNIS | 2019 | 89 MIN

SYNOPSIS
Première canadienne

Dans les années 1920, l’artiste László Moholy-Nagy enseigne à la célèbre école du Bauhaus, en Allemagne, s’y imposant comme un visionnaire. Présenté en première canadienne, ce documentaire retrace le parcours de Moholy-Nagy au sein de l’emblématique établissement, jusqu’à son départ pour les États-Unis, en 1937, où il fondera le mouvement du New Bauhaus. Riche en images d’archives et extraits d’entrevues, ce film réalisé par Alysa Nahmias nous plonge dans une période de grande effervescence dans l’univers de l’architecture et du design.

Pour plus d’information et voir la bande-annonce…


UNE TOUR SUR LA MONTAGNE, L’ARCHITECTURE D’ERNEST CORMIER ET SA VIE AVEC CLORINTHE PERRON
CANADA | 2019 | 52 MIN

SYNOPSIS
Présenté à Québec au Musée National des beaux-arts du Québec

Créateur de l’emblématique édifice de l’Université de Montréal, bâtiment majestueux et rectiligne, l’architecte Ernest Cormier a conçu des bâtiments parmi les plus importants au Canada. Loup solitaire et créateur surdoué, Cormier maîtrisait l’art de créer des espaces intérieurs uniques, véritables bijoux d’architecture. Cette incursion dans l’univers intime du grand architecte, donne à découvrir un homme sorti du cadre, faisant fi des conventions et ayant pour moteur le désir de créer.

Un film de Paul Carvalho et Aliki Economides.

Ce film sera également présenté à Montréal le 22 mars.

Pour plus d’information…


THE DISAPPEARANCE OF ROBIN HOOD
SUISSE | 2018 | 25 MIN

SYNOPSIS
Première québécoise

Londres, 1972. Les valeurs d’après-guerre de l’aide sociale annoncent une ère de projets de logements utopiques. Parmi les plus audacieux, le domaine Robin Hood Gardens d’Alison et Peter Smithson. Dans ce documentaire et récit de fiction, des portraits intimes des résidents expriment l’histoire émotionnelle, humoristique et complexe du projet parmi les échos des experts. Cinquante ans plus tard, où est passé Robin des Bois ?

Pour plus d’information…


360 DEGREES
CANADA | 2019 | 5 MIN

SYNOPSIS
Première mondiale

Deux jeunes hommes cherchent des matériaux pour leurs dessins dans une décharge. Confrontés à la précarité et au chômage, ils sont convaincus que le talent et la créativité s’expriment indépendamment de l’éducation reçue ou des ressources économiques.

Pour plus d’information et voir la bande-annonce…


À CIEL OUVERT, PORTRAIT D’UN PAVILLON À VENISE
CANADA | 2020 | 24 MIN

SYNOPSIS
Première mondiale

Depuis 1958, le pavillon du Canada à la Biennale de Venise a accueilli nombre d’œuvres et d’artistes canadiens tels que, Jean Paul Riopelle, Geoffrey Farmer, David Altmedj, BGL, Isuma. Le bâtiment est lui-même une œuvre d’art, et le tournage réalisé lors de sa restauration en 2018 nous permet de comprendre la vision des architectes italiens qui l’avaient imaginé, et l’importance que représente ce pavillon pour les artistes canadiens. Portrait documentaire intimiste du pavillon et de ses jardins réaménagés et reverdis.

Pour plus d’information…


WHAT IT TAKES TO MAKE A HOME
CANADA | 2019 | 29 MIN

SYNOPSIS
Première québécoise

Que signifie le fait de vivre en ville sans avoir un lieu qu’on puisse appeler « maison »? Quel est le rôle des architectes en matière d’itinérance et comment faire du milieu urbain un lieu d’accueil inclusif? Présenté en première québécoise, ce documentaire donne la parole à deux architectes qui se sont penchés sur la question, Michael Maltzan et Alexander Hagner. Ces derniers cherchent à résoudre le problème de stigmatisation des sans-abris qui subsiste dans les grands centres.

Pour plus d’information et voir la bande-annonce…


Pour visiter le site internet du Festival International du Film sur l’Art…

Cet article Programmation des films en architecture et design de la 38e édition est apparu en premier sur Kollectif.

Conférence Esquisses | Qualité et logement abordable

Annonce :

« Les enjeux liés à la qualité dans le logement social et abordable vous interpellent?  Procurez-vous dès maintenant un billet pour assister à la conférence Esquisses qui aura lieu le 25 mars à la Maison du développement durable à partir de 17h30.

La conférence réunira Jean-Pascal Beaudoin, coordonnateur de la charge de projets chez Bâtir son quartier, Annie Grégoire, architecte et directrice des programmes à la Société d’habitation du Québec et Colleen Lashuk, architecte et membre fondatrice de Pivot : coopérative d’architecture. Ces derniers échangeront sur les enjeux liés à la qualité dans le logement social et abordable, thème du dossier du magazine Esquisses qui paraîtra en mars.

La participation à cet événement équivaut à 1 h 30 de formation continue pour les membres de l’Ordre. »

Pour plus d’information et pour se procurer un billet…


Pour visiter le site internet de l’Ordre des architectes du Québec…

Cet article Conférence Esquisses | Qualité et logement abordable est apparu en premier sur Kollectif.

Des équipes du Québec lauréates des Prix nationaux de design urbain 2020

Communiqué de presse :

« L’AAPC, l’ICU, et l’IRAC annoncent les lauréats des Prix nationaux de design urbain 2020

OTTAWA, le 19 février 2020 –Douze projets de diverses municipalités canadiennes ayant chacun ayant un impact considérable sur le cadre bâti ont été sélectionnés pour les Prix nationaux de design urbain 2020.

Les projets primés vont d’installations d’art public et de parcs à un passage souterrain revitalisé.

Les prix font partie d’un programme en deux volets administré en collaboration avec des municipalités canadiennes. Le jury du programme des Prix nationaux de design urbain a évalué les candidatures des lauréats des Prix municipaux de design urbain de 2019 et 2020 et les autres candidatures générales qui ont été soumises.

Les prix dans chaque catégorie seront remis dans le cadre de la Conférence sur l’architecture de l’IRAC qui se tiendra du 3 au 7 juin 2020 à Edmonton.

L’Institut royal d’architecture du Canada (IRAC), l’Institut canadien des urbanistes (ICU) et l’Association des architectes paysagistes du Canada (AAPC) ont le plaisir d’annoncer les lauréats des Prix nationaux de design urbain 2020 dans les catégories suivantes :


Projets étudiants

Prix d’excellence

Expansion urbaine topographique, Toronto (Ontario)
Qiwei Song (Université de Toronto)

Ce projet introduit une approche préventive – une stratégie de paysage topographique qui agit comme une armature d’espaces verts pour le développement futur sur les collines de la ville. En connectant et en plantant des tampons hydrauliques le long des pentes raides et en introduisant des interventions topographiques dans des bandes d’espaces verts reliées entre elles, le projet apporte des aménagements sociaux, écologiques, économiques et culturels qui appuient et soutiennent le caractère inévitable du modèle de croissance informel.

« Un projet de thèse qui illustre le caractère interdisciplinaire et la capacité de résolution de problèmes du design urbain. » – Commentaire du jury

Certificat de mérite

Le filtre de drainage pour les Everglades, Toronto (Ontario)
Qiwei Song, Meikang Li et Chaoyi Cui (Université de Toronto)

Pour s’attaquer au problème de la pollution de l’eau dans les Everglades, cette proposition offre une solution de rechange rentable et une amélioration aux infrastructures de traitement existantes, qui sont coûteuses. Les zones de traitement sont prévues sur les terres disponibles actuelles et futures.

« Concept assez complet dans son intégration de stratégies de biofiltration innovantes à une diversité d’échelles spatiales élargies et complémentaires. La représentation des qualités expérientielles et visuelles de ce qui est avant tout une proposition d’infrastructures écologique est louable. » – Commentaire du jury


Design urbain

Prix d’excellence

Accès mécanisé à la vallée riveraine, Edmonton (Alberta)
DIALOG

La grande différence d’altitude et les pentes abruptes de la vallée font partie de sa beauté, mais elles rendent l’accès difficile pour les utilisateurs ayant des problèmes de mobilité. L’accès mécanisé à la vallée riveraine a été conçu pour relever ce défi de connectivité.

« Un ensemble joliment conçu de structures bâties, d’espaces verts et d’art public qui relie avec succès le centre-ville d’Edmonton à la vallée de la rivière. La juxtaposition des attributs du paysage – en particulier ses qualités topographiques et visuelles – et les détails architecturaux et la matérialité du milieu urbain sont convaincants. » – Commentaire du jury

Certificat de mérite

Parc Berczy, Toronto (Ontario)
Claude Cormier et Associés

La revitalisation de ce parc emblématique du centre-ville de Toronto a dû s’adapter à l’évolution rapide des besoins de la communauté, qui n’avaient jamais été prévus lors de la construction du parc Berczy il y a 40 ans. Il a fallu prendre en considération les besoins de la prochaine génération en transformant le parc en trois espaces centrés sur des programmes – un espace vert pour jouer, un jardin pour les chiens et un lieu de rassemblement.

« Le véritable succès de ce design réside dans la “triangulation” de multiples groupes d’utilisateurs, les conditions limitrophes et la reconnaissance des besoins des piétons. Bien que la fontaine canine soit le point central – ou l’élément clé – de nombreux gestes de design sous-jacents font que ce parc est bien plus que la somme de ses parties. » – Commentaire du jury

Domaine public du nord-est du quartier de la Bourse, Winnipeg (Manitoba)
HTFC Planning & Design en collaboration avec WSP Engineering, la ville de Winnipeg et la Centre Venture Development Corporation

Le nord-est du quartier de la Bourse de Winnipeg abrite un domaine public tourné vers l’avenir, qui s’appuie sur la riche histoire du commerce d’entrepôts de la ville. Les « woonerfs » qui privilégient les individus, les ruelles vertes, les places et les placottoirs du quartier bourdonnent d’activité en toutes saisons.

« Un design bien exécuté avec des interventions stratégiques réfléchies qui ont un impact transformateur sur la qualité et la cohésion du nord-est du quartier de la Bourse de Winnipeg. » – Commentaire du jury


Fragments urbains

Prix d’excellence

18 nuances de gai, Montréal (Québec)
Claude Cormier et Associés

Le projet 18 nuances de gai, une installation de 180?000 boules de résines multicolores suspendues comme un ruban ininterrompu qui s’étend sur 1 kilomètre au-dessus de la rue Sainte-Catherine Est, dans le Village gai de Montréal, fait partie de la transformation de la rue rendue piétonne pendant la saison estivale

« Le projet 18 nuances de gai a plus que rempli les critères de ce prix et en tant que contribution positive au domaine public, il illustre l’excellence et l’innovation en matière de design. Le “plafond” de cette pièce extérieure d’un kilomètre a été transformé en un spectre complet d’arc-en-ciel rappelant la fierté gaie. Il définit le Village gai, ajoute à l’activité continue, soutient l’économie locale et réussit à élever un environnement urbain autrement indéfinissable. » – Commentaire du jury

Certificat de mérite

L’amélioration du passage souterrain de la 4e rue SO, Calgary (Alberta)
the marc boutin architectural collaborative inc.

L’état de délabrement physique du passage souterrain – accessibilité limitée, faible niveau d’éclairage et détérioration générale des matériaux – nécessitait une attention immédiate. En réponse, le projet d’amélioration du passage souterrain de la 4e rue SO est fondé sur la notion de récupération de cet espace de déplacement en tant qu’espace propice à la conversation.

« Ce design discret a le potentiel de transformer une expérience piétonnière désagréable en quelque chose de positif. L’utilisation d’un éclairage dynamique pour refléter le mouvement des piétons est un point fort du concept. L’éclairage est tout autant un élément artistique qu’un élément d’amélioration de la sécurité et des infrastructures. » – Commentaire du jury


Initiatives communautaires

Prix d’excellence

Les abris pour se réchauffer, Winnipeg (Manitoba)
Sputnik Architecture Inc. & The Forks Renewal Corporation

Le projet des abris pour se réchauffer à Winnipeg donne lieu à un concours annuel qui mobilise chaque hiver des designers, des artistes et des étudiants locaux et internationaux pour concevoir et créer des abris installés le long d’un sentier public de patinage et d’un sentier pédestre sur la glace des rivières gelées de la ville.

« L’impact transformateur du programme des abris pour se réchauffer dans la conversion des rivières de Winnipeg en un espace civique hivernal actif est impressionnant, d’autant plus que ses racines sont humbles et basées sur le bénévolat. À cet égard, ce programme s’inscrit en complément d’autres initiatives reliées aux rivières et il génère un degré remarquable d’engagement communautaire depuis sa création. » – Commentaire du jury


Plans de design urbain

Prix d’excellence

Plan d’intervention pour le confort et la sécurité des piétons et cyclistes dans le Vieux-Québec (Québec)
Groupe A / Annexe U

Un plan ambitieux pour les piétons et les cyclistes dans le Vieux-Québec, l’un des quartiers urbains les plus historiques et les plus prisés du Canada. En partie étude et en partie plan directeur, il s’agit d’un projet bien documenté, exhaustif, innovant et bien présenté.

« Le plan reflète l’histoire, la topographie, le climat et la forme bâtie uniques du Vieux-Québec et le considère du point de vue du cycliste. Bien qu’il ne s’agisse certainement pas d’un modèle normalisé, le plan fournit un exemple de la manière dont d’autres villes et municipalités pourraient planifier avec succès pour les piétons et les cyclistes. » – Commentaire du jury


Architecture urbaine

Prix d’excellence

Maison Casey, Toronto (Ontario)
Hariri Pontarini Architects

Le projet de rénovation et d’agrandissement de la Maison Casey, un établissement de santé spécialisé pour les personnes atteintes du VIH/SIDA répond aux besoins des patients et des prestataires de soins dans un milieu conçu pour évoquer l’expérience et le confort d’un domicile.

« Les designers urbains sont souvent confrontés au défi d’un ajout à un bâtiment patrimonial. Ce projet met en valeur le bâtiment existant et préserve ses qualités particulières tout en chorégraphiant des espaces autour d’un nouveau jardin central paysager. Il respecte une longue tradition de bâtiments publics en tant que structures monumentales de premier plan. »  – Commentaire du jury

Certificat de mérite

Bibliothèque Springdale et parc Komagata Maru, Brampton (Ontario)
RDH Architects (RDHA)

La bibliothèque Springdale et le parc Komagata Maru aspirent à créer un lieu de rassemblement inclusif, une expression architecturale progressiste qui fait la fierté de la ville.

« Ce projet est reconnu pour son approche novatrice au design urbain dans un quartier de banlieue qui n’a par ailleurs aucun caractère distinct. Élégant – et d’une simplicité trompeuse – le design tient compte des piétons et des automobilistes et est adapté à son contexte environnant. » – Commentaire du jury


Prix spécial du jury

Prix du développement durable

Corridor de biodiversité, Arrondissement de Saint-Laurent, Montréal (Québec)
civiliti, LAND Italia, Table Architecture et Biodiversité conseil

Les lignes électriques géantes, longtemps identifiées à des paysages monotones et stériles, planeront bientôt au-dessus de prairies fleuries, fréquentées par les oiseaux, les insectes pollinisateurs, les petits animaux et les Montréalais. Cela fait partie d’un grand projet écologique, qui verra la mise en place d’un corridor de biodiversité, depuis le croisement du boulevard Cavendish et de l’autoroute 40 jusqu’à l’extrémité du boulevard Thimens, dans l’arrondissement de Saint-Laurent.

« La promesse du design urbain est le développement durable – la création d’avantages économiques, environnementaux, sociaux et culturels. Bien que ce projet soit axé sur l’environnement, il reflète tous les sept C de l’urbanisme : contexte, caractère, choix, connexions, créativité, conservation et collaboration. » – Commentaire du jury


Le jury des Prix nationaux de design urbain 2020 se composait comme suit :

  • Doug Leighton, RPP, MCIP, MRAIC, urbaniste en résidence à l’Université de Calgary
  • Jean Trottier, CSLA, RPP, MCIP, professeur agrégé au département d’architecture du paysage de l’Université du Manitoba
  • Susan Fitzgerald, FRAIC, directrice de la conception chez FBM et professeure adjointe à l’Université Dalhousie. »

Pour consulter le communiqué de presse officiel…


Pour visiter le site internet de l’Institut royal d’architecture du Canada…

Pour visiter le site internet de l’Institut canadien des urbanistes…

Pour visiter le site internet de l’Association des architectes paysagistes du Canada…

Cet article Des équipes du Québec lauréates des Prix nationaux de design urbain 2020 est apparu en premier sur Kollectif.

Atelier famille pendant la relâche | 3-1-1 et demi : Comment mieux se déplacer dans les villes d’hiver?

Annonce :

« Nos hivers sont de plus en plus imprévisibles. Une tempête de neige peut s’abattre pendant une journée, mais la température remonte et la pluie survient plus tard dans la semaine. Entre les deux, la glace et la gadoue envahissent les rues et les trottoirs, rendant les déplacements difficiles. Et le cycle recommence. Régulièrement, les voitures sont ensevelies sous la neige et il est presque impossible de se stationner. Les autobus ont du retard, et les planchers du métro sont couverts d’une importante couche d’eau provenant de la neige transportée par les bottes des usagers, ou, de façon plus inquiétante, qui coule parfois du toit. À cause de la glace, les trottoirs deviennent tellement glissants que certaines personnes ont peur de sortir de chez elles.

Comme les enfants peuvent imaginer des solutions auxquelles les adultes ne pensent pas, nous avons besoin de leur aide. Dans ce programme, nous imaginerons et développerons de nouvelles façons pour mieux se mouvoir pendant la saison blanche en tenant compte des réalités vécues par différents types de personnes (les automobilistes, les cyclistes, les piétons, mais aussi les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite, les enfants).

Comment concevoir des villes mieux adaptées aux déplacements en hiver? Peut-on se servir de l’hiver pour rendre nos déplacements plus agréables et plus efficaces? Peut-être que ces bouleversements saisonniers ne sont pas un problème, mais plutôt une opportunité de changer nos habitudes?

Les familles construiront une maquette et enregistreront une vidéo dédiée à la Ville de Montréal, expliquant leurs idées. Pour les enfants de 7 à 12 ans accompagnés d’au moins un adulte. En français et en anglais.


Centre Canadien d’Architecture, Maison Shaughnessy, 4 mars 2020, de 13h à 16h.

Gratuit, mais les places sont limitées. Veuillez réserver par courriel à l’adresse rsvp@cca.qc.ca. Pour plus d’information, communiquez avec nous au 514-939-7002. »

Pour consulter la photo originale…


Pour visiter le site internet du Centre Canadien d’Architecture…

Cet article Atelier famille pendant la relâche | 3-1-1 et demi : Comment mieux se déplacer dans les villes d’hiver? est apparu en premier sur Kollectif.

Renouvellemement de la commandite pour une 6ème année afin de soutenir la communauté architecturale

De la part de Martin Houle, architecte MIRAC et directeur-fondateur de Kollectif : 

J’aimerais remercier toute l’équipe d’edp pour son appui continu et soutenu envers Kollectif à travers les années.

edp est plus qu’une excellente référence en matière d’éclairage architectural: c’est une grande famille avec des valeurs similaires à celles de Kollectif au niveau du professionnalisme, de la rigueur et de la générosité.


Communiqué de presse d’edp :

« Montréal, le 19 février 2020 – Depuis 2006, Kollectif fait briller la communauté de l’architecture québécoise. Projets, évènements, pratiques, formations : tous les aspects de la discipline sont couverts avec une passion et une dévotion incroyable.

Mais Kollectif c’est aussi le tournoi de golf des architectes du Québec : un évènement caritatif permettant de collecter plus de 40 000$ à des organismes humanitaires et culturels.

Pour toutes ces belles raisons, edp est heureuse de renouveler pour sa 6ème année consécutive sa commandite et ainsi soutenir Kollectif dans sa mission.

À propos d’edp
Depuis 28 ans, edp est une plateforme de services complets des besoins en éclairage; produits, design, spécification, technologie et contrôle.

edp contribue annuellement au succès de plus de 1000 projets dans la grande région de Montréal. L’entreprise consolide sa position de référence professionnelle du monde de l’éclairage en améliorant constamment son savoir-faire et en diversifiant ses activités afin de répondre aux besoins changeants de l’industrie.
edp se veut donc une ressource pour les architectes, ingénieurs, designers, maîtres-électriciens, entrepreneurs généraux, distributeurs en fournitures électriques, etc. »

Pour consulter le communiqué de presse original…


Pour visiter le site internet d’edp…

Cet article Renouvellemement de la commandite pour une 6ème année afin de soutenir la communauté architecturale est apparu en premier sur Kollectif.

Ouverture des inscriptions pour l’édition 2020 !

Annonce :

« Le tournoi des architectes aura lieu le 6 juin prochain au CEGEP du Vieux-Montréal, les inscriptions sont présentement en cours. Seul les équipes complètes peuvent s’inscrire.

Date limite d’inscription : 3 avril 2020.

Pour plus d’information vous pouvez communiquer avec Sarah Harvey : s.harvey@bbbl.ca

 Comité organisateur :

  • Sarah Harvey BBBL
  • Patrick-Hugh Tiernan BBBL
  • Sonia Cossette Aedifica
  • Luc-André Taillon SDK »

Cet article Ouverture des inscriptions pour l’édition 2020 ! est apparu en premier sur Kollectif.

RSS College Art Association

RSS inside higher ed architecture

RSS inside higher ed: outside architecture